AIDN : Association Internationale pour le Développement de Ndianda (Sénégal)

Unis pour Ndianda

L’association compte travailler en organisant des commissions ou groupe de travail en fonction des compétences respectives de ses membres. Des commissions santé, éducation, et développement économique ont été créées et des projets relatifs à ces différents domaines vont être rédigés et soumis à nos partenaires pour demander des financements.

En 2013 et 2014 nous avons réalisé le projet Fournitures scolaires qui a permis d'équiper le collège et les deux écoles élémentaires de Ndianda en livres, cahiers, trousseaux, stylos, ...

En avril 2016, nous avons lancé et financé un projet de soutien scolaire aux classes d'examen (3ème pour le CEM et CM2 pour l'école primaire). Nous avons assuré l'achat du matériel scolaire et la rémunération des enseignants.

En 2017 nous avons renouvelé ce projet.

Nous préparons actuellement un nouveau projet de bibliothèque avec espace informatique. L'étude et la rédaction du projet sont terminées. Nous sommes actuellement à la recherche de financement. La contribution et le soutien de tous est le bienvenu.

PROJET SANTE

Le village de Ndianda dispose d’un poste de Santé fonctionnel sous la direction d’un infirmier d’Etat qui assure les prestations des soins de santé primaire. La qualité de ces prestations est cependant limitée par la non disponibilité d’assurance maladie pour la population et l’insuffisance de matériels de soins de santé primaire. L’association souhaite mettre en place des projets concertés avec les populations et initier des demandes de financement en vue de soutenir les populations pour l’instauration d’un système d’assurance maladie (“Les non malades soignent les malades”) et l’acquisition d’outils d’évacuation (ambulance, moto) et/ou d’hospitalisation (lits d'hôpital, matelas, draps....) de médicaments et de kits diagnostic des maladies les plus prévalentes comme le paludisme durant la saison des pluies. D’autres priorités dans le domaine de la santé vont être identifiées et des projets vont seront soumis à nos partenaires pour leur financement.

PROJET EDUCATION

L’école primaire publique de Ndianda a accusé un retard ces dernières années dans le domaine de l’accès à l’éducation. Pour environ 800 élèves inscrits, l’école ne dispose que de 8 classes fonctionnelles dans un état de délabrement très avancé. Depuis sa création, elle ne dispose d’aucune bibliothèque et elle n’est pas informatisée. Chaque année, l’école fait face à un manque criard de matériel pédagogique et de personnel enseignant.
Un collège d’enseignement moyen ne disposant que d’une salle de classe a été mis en place en 2011. Cependant les nombreux problèmes de l’éducation dans le village demeurent. L’AIDN ayant été sensibilisée à ces nombreuses difficultés, compte créer une commission éducation qui se chargera de rédiger et de soumettre des projets de renforcement en salles de classes et de personnels enseignants, en matériel pédagogique et la construction d’une librairie villageoise pour faire face problèmes liés à l‘éducation ainsi que l’élargissement du collège d’enseignement moyen et l’installation d’un matériel informatique pour aider le système éducatif local à avoir accès technologies de l’information et de la communication. La réussite de ces différents projets permettra d’accroître l’accès à l’éducation, l’accroissement du t de réussite à l’entrée en sixième, au Brevet et au baccalauréat, la réduction de l’exode rural et l’amélioration des conditions de vie des populations en général.

PROJET FORMATION ET GESTION

La principale activité extra-hivernale repose sur les cultures maraîchères et particulièrement celle de l’oignon mais l’absence de formation sur les cultures maraîchères et les difficultés liées à la gestion de l’eau, limitent la productivité des récoltes pour une jeunesse très courageuse et déterminée à ne pas quitter le village (Exode rural). L’AIDN va s’investir dans ce domaine en recherchant des financements pour former les jeunes dans les domaines de l’agriculture bio, du jardinage bio, de l’installation bio et dans le domaine de la gestion adéquate de l’eau et d’autres ressources naturelles. Au terme de ces formations ou stages, les jeunes devraient être capables de découvrir le secteur bio, de créer des jardins/potagers agréables à visiter et qui puissent les nourrir tout au long de l’année (autosuffisance). Ils devraient aussi au sortir de ces formations ou stages savoir comment fonctionne la nature et comprendre les conséquences de leurs actes sur l’environnement. Enfin, ces formations auront comme objectif de permettre jeunes de produire et vendre en quantité suffisante pour améliorer leurs conditions de vie et celles de leur famille respective.

Faire un don

Attestation de reconnaissance

Articles Most Read